Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les Minéraux en Lithothérapie

Publié par Frederique LONGERE

flamme violette 

Le mystique n'est pas nécessairement un occultiste, mais l'occultiste contient le mystique.

Le mysticisme n'est qu'un pas sur le Sentier de l'occultisme.

Dans ce système solaire, le système de l'amour en action, le sentier de moindre résistance, pour la majorité, est celui du mystique, ou le sentier de l'amour et de la dévotion. Dans le prochain système solaire, le sentier de moindre résistance sera celui que nous comprenons actuellement comme le sentier occulte. Le sentier mystique aura pris fin.

En quoi réside la différence entre les 2 ?

- Le mystique traite avec la vie évoluant ; l'occultiste avec la forme.

- Le mystique traite avec le Dieu intérieur ; l'occultiste avec Dieu dans la manifestation extérieure.

- Le mystique travaille du centre à la périphérie ; l'occultiste renverse le processus.

- Le mystique monte par l'aspiration et une intense dévotion vers le Dieu intérieur ou le Maître qu'il reconnaît ; l'occultiste y parvient par la reconnaissance de la loi en action et par le maniement de la loi qui unit la matière et la rend conforme aux nécessités de la vie intérieure. L'occultiste parvient ainsi à ces Intelligences Qui travaillent avec la Loi, jusqu'à ce qu'il atteigne l'Intelligence fondamentale Elle-même.

- Le mystique travaille par les Rayons d'Amour, d'Harmonie ou de Dévotion, ou par le sentier des 2sd, 4ème et 6ème rayons. L'occultiste œuvre par les Rayons du Pouvoir, de l'Activité et de la Loi Cérémonielle ou le 1er, le 3ème et le 7ème. Tous les deux se rencontrent et s'unissent par le développement mental, ou par le 5ème Rayon de la Connaissance Concrète (un fragment de l'intelligence cosmique), et sur ce 5ème rayon, le mystique se fond dans l'occultiste et travaille alors avec tous les rayons.

- En trouvant le royaume de Dieu en lui-même et par l'étude des lois de son être, le mystique devient alors versé dans les lois qui gouvernent l'Univers dont il est une partie. L'occultiste reconnaît le royaume de Dieu dans la nature ou le système, il se regarde comme une petite partie de ce grand Tout, et par conséquent, gouverné par les mêmes lois.

- Le mystique travaille, en règle générale, dans le département de l'Instructeur du Monde, ou le Christ, et l'occultiste le plus souvent dans celui du Manou ou Gouverneur. Mais quand tous les deux sont passés par les quatre rayons mineurs dans le département du Seigneur de la Civilisation, une réalisation de leur développement peut alors être observée ; le mystique devient l'occultiste, et l'occultiste contient les caractéristiques du mystique.

Pour dire les choses plus simplement : après l'initiation, le mystique est fondu dans l'occultiste car il est devenu un étudiant des lois occultes ; il doit travailler avec la matière, avec ses manipulations et ses usages ; il doit maîtriser et contrôler toutes les formes inférieures de la manifestation, et apprendre les lois sous lesquelles travaillent les Dévas constructeurs.

- Avant l'initiation, le sentier mystique peut être appelé le Sentier de Probation. Avant que l'occultiste puisse sagement manipuler la matière du système solaire, il doit être devenu maître des lois qui gouvernent le microcosme, et bien qu'il soit naturellement sur le sentier occulte, il doit encore trouver le Dieu à l'intérieur de son être avant qu'il puisse s'aventurer avec certitude, sur le sentier de la loi occulte.

- Le mystique cherche à travailler de l'émotionnel à l'intuitionnel et de là, à la Monade ou Esprit. L'occultiste travaille du physique au mental, et de là, à l'Atma ou Esprit. L'un emploie la ligne de l'amour ; l'autre celle de la volonté.

- Le mystique échouera dans le dessein de son être, celui de l'amour dans l'action, à moins qu'il ne coordonne le tout par l'emploi de la volonté intelligente. C'est pourquoi il doit devenir l'occultiste.

De même l'occultiste échoue et devient seulement un représentant égoïste du pouvoir travaillant par l'intelligence, à moins qu'il ne trouve un but pour cette volonté et cette connaissance, par la stimulation d'un amour qui lui donnera un mobile suffisant pour tout ce qu'il recherche.

Rendre claire la distinction entre ces deux groupes, car est indispensable l'importance de ce sujet est grande dans l'étude de la méditation. La forme employée dans la méditation par les deux genres est totalement différente et très intéressante pour le clairvoyant.

La forme mystique.

L'expression "la forme mystique ", est presque une observation paradoxale, car le mystique, laissé à lui-même, élimine complètement la forme. Il se concentre sur le Dieu intérieur, méditant sur ce centre intérieur de conscience ; il cherche à relier ce centre avec d'autres centres, tels son Maître, ou quelque saint, ou même avec le Logos suprême Lui-même, et à s'élever par la ligne de vie ne portant aucune attention aux formes environnantes. "

Il travaille sur le sentier du feu. “ Notre Dieu est un feu dévorant ” est pour lui un positif état de fait, et de vérité réalisée. Il s'élève de feu en feu, et avec les réalisations progressives du Feu intérieur, jusqu'à ce qu'il atteigne le feu de l'univers. La seule forme que le mystique pourrait utiliser serait une échelle de feu ou une croix de feu par laquelle il élèverait sa conscience au point désiré. Il se concentre davantage sur les choses abstraites et sur les attributs que sur les aspects, et davantage sur le côté vie, que sur les choses concrètes. Il aspire, il brûle, il harmonise, il aime et il travaille à travers la dévotion. Il médite en s'efforçant d'éliminer complètement le mental concret et aspire à s'élancer du plan des émotions à celui de l'intuition.

Il a les défauts de son type ; rêveur, visionnaire, non-pratique, émotionnel, et manquant de cette qualité mentale que nous appelons la discrimination. Il est intuitif, enclin au martyre et au sacrifice personnel. Avant qu'il puisse atteindre son but et prendre une initiation, il doit faire trois choses :

1- Par la méditation, soumettre sa nature entière à la règle ; apprendre à construire les formes et de là en connaître la valeur.

2- Développer l'appréciation du concret et déterminer clairement, dans le schéma des choses, le rôle des formes diverses, à travers lesquelles la vie, qu'il aime tant, doit se manifester. Il lui faut travailler son corps mental et lui procurer des faits précis, avant de pouvoir aller plus loin.

3- Comprendre, par l'étude intelligente du microcosme, son petit système esprit-matière, la double valeur du macrocosme.

Au lieu de connaître seulement le feu qui détruit, il doit comprendre et travailler par le feu qui construit, qui amalgame et développe la forme. Par la méditation, il doit apprendre le triple emploi du Feu. Cette dernière phrase est réellement importante.

 La forme occulte.

Il est intéressant de comprendre la direction suivie par l'occultiste et sa forme de méditation, la mettant en contraste avec celle du mystique et indiquant ensuite comment les deux doivent s'unir et comment leurs éléments individuels doivent être fusionnés en un.

La ligne de la forme est, pour l'occultiste, la ligne de moindre résistance. Le fait étant admis, nous pouvons considérer, avec certitude, ce temps actuel comme propice à un rapide développement de la connaissance occulte et à l'apparition de quelques véritables occultistes. Par l'entrée du 7ème rayon, le Rayon de la Forme ou du Rituel, la découverte du sentier occulte et l'assimilation du savoir occulte sont puissamment facilitées. L'occultiste est d'abord plus occupé par la forme à travers laquelle la Déité se manifeste que par la Déité Elle-même, et c'est ici que la différence fondamentale entre les deux catégories apparaît d'abord. Le mystique élimine ou entreprend de surpasser le mental dans son processus de la découverte du Soi. Par son intérêt intelligent pour les formes qui voilent le Soi, et par l'emploi du principe du mental sur ses deux niveaux, l'occultiste arrive au même point. Il reconnaît les enveloppes qui voilent. Il s'applique à l'étude des lois qui régissent le système solaire manifesté. Il se concentre sur l'objectif, et dans ses premières années dédaigne de temps en temps la valeur du subjectif. Il parvient finalement à la vie centrale par l'élimination d'une enveloppe après l'autre, par la connaissance consciente et le contrôle. Il médite sur la forme jusqu'à ce que la forme soit perdue de vue et le créateur de la forme devient alors tout en tout. Comme le mystique, il a trois choses à faire :

1- Il doit apprendre la loi et l'appliquer à lui-même. Sa méthode est celle de la stricte discipline de soi, ce qui est nécessaire, car les dangers menaçant l'occultiste ne sont pas les mêmes que ceux du mystique. L'orgueil, l'égoïsme et un maniement de la loi venant de la curiosité ou du désir de pouvoir, doivent être consumés avant que les secrets du Sentier puissent être, en sécurité, confiés à sa garde.

2- Dans la méditation et à travers la forme édifiée, il doit se concentrer sur la vie intérieure ; rechercher le feu ardent intérieur qui illumine toutes les formes qui voilent la vie divine.

3- Par l'étude scientifique du macrocosme, « le royaume du Dieu extérieur », l'occultiste doit atteindre un point où il établit ce royaume au-dedans de lui.

C'est donc ici le point de fusion du mystique et de l'occultiste.

C'est ici que leurs sentiers deviennent un. (2@147)

Les Sept Rayons Alice A. BAILEY

unicursal_hexagram_by_CursedLily.pngAvant : icone-main2 Avant Propos

Lire la suite : icone-main2 10 Propositions Fondamentales

stage : icone-main2  Dates session de formation « Les Qualités de l’énergie » Ou « La conscience de l’âme »